Allumer le feu à coup sûr : la bonne méthode

« J’ai lu sur l’emballage du bois d’allumage que j’ai acheté qu’il était préférable de disposer le petit bois et l’allume-feu au-dessus des bûches. Je trouve cela bizarre, j’ai toujours vu mes parents et amis faire l’inverse ! »

Et bien oui, pour un feu de cheminée réussi, nous vous conseillons de changer les vieilles habitudes ! L’allumage à combustion supérieure, c’est très facile, et ça change tout…

Le détail en images :

Les avantages de l’allumage à combustion supérieure

• Le dégagement de fumée est limité.
Les bûches, qui comptent encore 15 à 20 % d’humidité, se réchauffent et ont le temps de finir de sécher avant d’entrer en combustion.
Le bois brûle progressivement, plus lentement, du haut vers le bas, comme pour une bougie.

• Les émissions de polluants durant la combustion sont réduites.

À cela deux raisons principales :
-La chambre de combustion monte en température « à petit feu ».
-Quand la gazéification et la combustion des bûches commencent, les gaz organiques volatils qui se dégagent sont brûlés par les flammes : vous éliminez les polluants potentiels, et vous récupérez l’énergie dégagée par leur combustion.

Le noircissement de la vitre du poêle ou du foyer fermé est beaucoup moins rapide.

• La période d’allumage dure au moins 10 minutes. Ensuite seulement, vous pourrez baisser les apports d’air dans le foyer progressivement.
• Mieux vaut éviter les produits allume-feu à base de produits pétroliers. Préférez les allume-feux écologiques, comme la laine de bois trempée dans de la cire végétale.
• Évitez de trop remplir le foyer, c’est inutile, et ça dégrade la qualité de la combustion. Respectez la charge de bois préconisée par le fabricant de votre appareil.
• Utilisez toujours un Bois Bûche bien écorcé et calibré, avec moins de 20 % d’humidité, à la qualité certifiée NF ou label Testé CERIC.

La vitre de votre poêle à bois noircit : voici comment l’éviter ?

« Nous avons choisi un poêle à bois plutôt haut de gamme, avec une belle surface vitrée pour profiter de la flamme. Il a été installé par un professionnel. Mais nous sommes très déçus ! Après chaque flambée, c’est la corvée de nettoyage, la vitre noircit à toute vitesse. On finit par hésiter à faire du feu… Vous avez une solution ? »

Chaque situation est différente, il est donc difficile de faire un diagnostic à distance. Les principales raisons du noircissement de la vitre d’un poêle à bois ou à granulés sont au nombre de trois. Une fois la cause ou les causes détectée(s), le problème devrait se résoudre sans difficulté.

Cause n° 1
Il n’y a pas assez d’air qui circule près des vitres. Or c’est cette circulation d’air qui évite l’encrassement.

– Laissez de l’espace entre le bois et la vitre.
– Vérifiez que les arrivées d’air du poêle sont bien réglées.

Cause n° 2
Il y a trop de fumée dans le poêle, le tirage est insuffisant
De nombreux facteurs influent sur la qualité du tirage, qui est essentielle : dimensionnement du conduit, propreté du conduit (bien ramoner !), hauteur de la sortie de toit, conduit trop court ou coudé, etc. Nous vous conseillons de faire le point avec votre installateur.
Pour en savoir plus, reportez-vous à notre article « Ma cheminée fonctionne mal, elle refoule, quelles sont les solutions ? ».
Vous pouvez cependant tester ceci…

– Faites démarrer votre feu franchement, pour réchauffer rapidement le foyer. Le manque de tirage peut être provoqué par la présence d’un air très froid dans le conduit. Vous pouvez lancer le feu porte entr’ouverte, en surveillant. Lorsque vous obtenez une belle flambée, laissez le contrôle d’entrée d’air du poêle ouvert pendant environ un quart d’heure. Puis, fermez progressivement.
– Ne faites par marcher votre appareil au ralenti : la vitre se salit moins quand la combustion est forte.
– Il manque peut-être une arrivée d’air frais dans le foyer. Si le bois s’enflamme mieux quand une fenêtre est entr’ouverte près de votre poêle, c’est qu’il a besoin pour fonctionner normalement d’un volume d’oxygène qu’il ne trouve pas dans la pièce où il est installé (trop petite, trop isolée…). Il vous suffira d’ajouter une prise d’air extérieure, percée à travers le mur, et raccordée au poêle par un Kit d’arrivée d’air comburant.

Cause n° 3
Le combustible n’est pas de bonne qualité
L’ennemi numéro 1, c’est le bois humide ! Non seulement vos vitres noircissent, mais vous obtenez une combustion médiocre, et votre appareil n’est pas au top de son rendement.
Saviez-vous qu’un bois coupé depuis plus de deux ans n’est pas forcément sec s’il a été mal entreposé ?

– Essayez de faire une flambée avec du bois bûches certifié : il est fabriqué à partir de grumes et de branches, puis séché dans des cellules de chauffage jusqu’à obtention d’un taux d’humidité inférieur à 20 %. Moins une bûche est humide, plus son pouvoir calorifique est élevé.
– Vous pouvez aussi tester les bûches densifiées. Issues de la compression de sciures de bois et d’autres coproduits de scieries, elles sont particulièrement performantes, puisque leur taux d’humidité est de 7 à 10 %. Elles sont prêtes à l’emploi, tout comme les granulés de bois, dont le pouvoir calorifique est équivalent.