Nucléaire défaillant, Bois infaillible

Pour pallier l’indisponibilité d’une partie du parc nucléaire, il faut compter sur le bois pour se garder au chaud cet hiver.

Pour ne pas grelotter cet hiver, la France va devoir faire feu de tout bois, au sens propre. Le Réseau de transport d’électricité (RTE), la filiale d’EDF qui gère les lignes à haute tension, a annoncé qu’il se préparait à une saison hivernale tendue. Cela, en raison de l’indisponibilité de près d’un tiers des cinquante-huit réacteurs du parc nucléaire hexagonal, actuellement à l’arrêt du fait de diverses défaillances ou de contrôles imposés par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). « La sécurité d’approvisionnement électrique de l’hiver 2016-2017 s’annonce plus délicate à assurer que lors des hivers précédents », a-t-il prévenu, en envisageant des « mesures exceptionnelles » telles que des délestages.

Télécharger le dossier de presse
download-pdf-button

Tout savoir sur les cheminées et poêles au gaz

LES ATOUTS DU GAZ

L’idée d’installer un chauffage au gaz dans votre pièce de vie fait tranquillement son chemin dans votre esprit, mais elle ne s’impose pas encore complètement. Pourtant, les foyers gaz présentent bien de nombreux avantages. Voici les quelques arguments qui vous manquaient pour vous permettre de franchir le cap !
VOUS ALLEZ VOUS ÉPARGNER DES CONTRAINTES INUTILES :
FACILE À ALLUMER. Facile à éteindre. Il suffit d’appuyer sur un bouton de la télécommande pour que le feu s’allume ou s’éteigne. En effet, tous les foyers sont équipés de SYSTÈMES DE PROGRAMMATION qui permettent de piloter à distance leur fonctionnement ; non seulement allumer/éteindre, mais aussi contrôler la température, régler la puissance et la hauteur de flamme, ainsi que définir des plages horaires.

VOUS N’AUREZ RIEN À NETTOYER :
Il n’y a aucun nettoyage à prévoir. La suie qui se dépose sur les vitres et les conduits d’un appareil de chauffage au bois provient de la combustion incomplète des bûches. Avec le gaz naturel, ce problème disparaît. C’est la plus PROPRE des énergies non renouvelables, loin devant le charbon et le pétrole. En brûlant, il engendre en majorité du gaz carbonique (CO2) et de la vapeur d’eau (H2O). Conséquences, avec le gaz naturel : PAS DE POUSSIÈRE NI DE SUIE, et donc, pour ceux qui avaient l’habitude d’une cheminée traditionnelle au bois, ça veut dire PAS DE VITRE À NETTOYER ! Et fini aussi les allées et venues entre l’extérieur et l’intérieur de la maison pour acheminer le bois et se débarrasser des cendres. En résumé, avec le foyer gaz, AUCUN ENTRETIEN particulier n’est à prévoir de la part de l’utilisateur. Seul un entretien annuel est réalisé par un professionnel agréé.

VOUS FEREZ DES ÉCONOMIES :
Par rapport aux autres combustibles, le gaz naturel se trouve sur le même positionnement prix que le granulé de bois. Autrement dit, il est DEUX FOIS MOINS CHER que l’électricité !

VOUS ALLEZ POUVOIR CHANGER VOTRE DÉCO :
Toutes LES ESTHÉTIQUES HABITUELLES se retrouvent dans les gammes de cheminées et de poêles à gaz. Par ailleurs, la chambre de combustion étant libérée de la contrainte de devoir accueillir du bois, il est possible de l’habiller avec DES DÉCORS INIMAGINABLES dans une cheminée bois. On peut notamment choisir des soles foyères recouvertes d’un lit de galets ou de perles de verre, etc. On peut même jouer avec la lumière !…
Retrouvez des idées et des photos de réalisations.

VOUS ALLEZ GAGNER DE LA PLACE :
Puisqu’il n’y a plus le problème des bûches à charger, la chambre de combustion des foyers gaz n’a pas besoin d’être très volumineuse. Voilà pourquoi, les foyers gaz sont MOINS PROFONDS, MOINS ENCOMBRANTS. Cependant, si vous tenez à conserver votre cheminée bois, mais en y adaptant un appareil à gaz. C’est possible ! Il existe des INSERTS À GAZ ENCASTRABLES conçus spécialement pour être installés dans des âtres existants.

VOUS RESTEREZ AU CALME :
Les foyers gaz sont silencieux. La chaleur se répartit naturellement par RAYONNEMENT en façade et par CONVECTION autour de l’appareil. Mais les fournisseurs proposent sur certains modèles un VENTILATEUR EN OPTION que vous pouvez allumer ou éteindre via la télécommande.
drufiresstoves

LES DIFFÉRENTS TYPES DE GAZ

Les foyers sont raccordables à tous les types de gaz. Suivant votre situation géographique ou encore la configuration de votre installation existante, vous aurez à choisir la source la plus adaptée à vos besoins.

RACCORDEMENT AU GAZ NATUREL :
Provenance: Le GAZ NATUREL, comme son nom l’indique, se trouve naturellement présent dans les profondeurs de la terre. Il en existe plusieurs types qui correspondent à des sources géologiques différentes. Le GAZ NATUREL consommé en France provient principalement de la Norvège (38 %), de la Russie (12 %), des Pays-Bas (10,8 %) et de l’Algérie (9,5 %). Il appartient à la catégorie dite « conventionnel non associé ». Il contient entre 81 et 97 % de méthane et il est naturellement incolore, inodore et insipide. C’est la raison pour laquelle on lui ajoute une molécule odorante qui lui confère une odeur particulière afin de permettre sa détection lors d’une fuite.
Transport et stockage: Le transport du GAZ NATUREL des gisements étrangers jusqu’à l’entrée sur le territoire français se fait sous haute pression par gazoduc ou par bateau (méthaniers) jusqu’à une station de compression ou un terminal méthanier. Il est alors acheminé vers les lieux de consommation via un réseau de transport classique. En conséquence de quoi, le GAZ NATUREL n’est pas stocké chez le client.
Prix: Le GAZ NATUREL est en moyenne 50 % moins cher que l’électricité. Son prix est comparable à celui du granulé de bois.

RACCORDEMENT AU PROPANE OU AU BUTANE :
Provenance: Principalement utilisés comme combustible à usage domestique, le PROPANE et le BUTANE proviennent de la distillation du pétrole brut. Ils représentent une alternative pour tous les consommateurs qui, désirant se chauffer au gaz, ne sont pas raccordés au réseau de distribution du gaz naturel.
Transport et stockage: Le BUTANE est vendu conditionné en bouteille de 13 kg, il gèle dès 0°C. Le PROPANE, qui ne gèle qu’à -44°C, peut être stocké chez le consommateur en extérieur dans des citernes aériennes ou enterrées qu’un fournisseur vient remplir une ou plusieurs fois par an.
Prix:. Le PROPANE et le BUTANE ont un coût d’utilisation comparable à celui de l’électricité.

Poêle à bois : qu’est-ce qu’un poêle bouilleur ?

Un poêle bouilleur est un type particulier de poêle à bois. En effet, il se transforme en véritable chaudière une fois raccordé à votre circuit de chauffage. Respectueux de l’environnement, ce système présente de nombreux avantages pour votre logement. Les explications avec L’énergie tout compris.

spartherm_ambietne_a4h2o_schemaPoêle bouilleur : son fonctionnement
Contrairement à un poêle à bois classique, le poêle bouilleur est un véritable appareil de chauffage central. Il intègre dans son foyer un échangeur qui transmet la chaleur à de l’eau circulant dans votre circuit de chauffage. De plus, l’échangeur possède un système permettant de contrôler la température et la pression de l’appareil.

Ce poêle à bois bouilleur peut ainsi alimenter plusieurs systèmes de chauffage :
-Radiateurs à eau
-Plancher chauffant
-Mur chauffant
-Ballon d’eau chaude sanitaire

Le fonctionnement du poêle bouilleur est simple et économique. Il accumule une réserve d’eau chaude, permettant ainsi une distribution ultérieure vers le ballon de stockage. Une fois que l’eau atteint 60°C, elle est pompée à l’extérieur de l’appareil. Cela permet une alimentation directe de votre système de chauffage.
Notez que le poêle bouilleur fonctionne grâce au bois et/ou au pellet.

Quels sont les avantages d’un poêle bouilleur ?
Le principal atout d’un poêle à bois bouilleur est la réalisation d’économies d’énergie. En effet, qu’il soit utilisé en relève de chaudière ou combiné avec un système à énergie renouvelable, il permet de réduire votre consommation de combustible.

De plus, il existe de nombreux modèles de puissances différentes sur le marché. Vous pouvez choisir l’appareil qui convient à vos besoins et à la capacité de votre logement. Comptez entre 3 000 € pour les plus petits modèles et 20 000 € pour des appareils plus puissants.

Bon à savoir : afin d’assurer un fonctionnement optimal de votre appareil, le poêle bouilleur et son conduit de raccordement doivent être régulièrement entretenus.

L’installation d’un poêle à bois bouilleur
Pour bénéficier du crédit d’impôt, l’installation de votre poêle bouilleur doit être faite par un professionnel agréé. En effet, son intervention garantit que le raccordement à votre circuit de chauffage soit suffisamment sécurisé.

Selon vos besoins en chauffage, votre budget et votre logement, plusieurs configurations sont possibles :
-Installation autonome
-Installation couplée à une pompe à chaleur ou à des capteurs solaires
-En relève de chaudière (gaz, fioul)

Sachez que l’installation d’un poêle bouilleur exige au préalable d’avoir un circuit hydraulique étanche au sein de votre logement.

Le saviez-vous ?
Son rendement étant supérieur à 80 %, le poêle à bois bouilleur est éligible au crédit d’impôt. Cette aide publique vous fait bénéficier d’une réduction à un taux unique de 30 % sur vos impôts afin de vous aider à réaliser vos travaux de rénovation énergétique.

Le bois : une énergie compétitive au prix stable

ico-6Le bois est une énergie bon marché avec un coût stable au fil des ans. En plus d’être la première source d’énergie renouvelable utilisée en France, la ressource est présente localement et en quantité. Rappelons que le taux de prélèvement de bois représente environ la moitié de l’accroissement naturel annuel de la forêt française.
Comparatif du prix d’achat des différentes énergies et évolution depuis 2005
tableau-energie-prix
Prix au 1er janvier de l’année. Données exprimées en centimes d’euro par kWh PCI (Source : base de données Pégase du Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer)
La hausse de la TVA de 7% à 10% pour la vente de bois de chauffage, appliqué au 1er janvier 2014, s’est répercutée directement sur le prix d’achat de ces bioénergies.
Néanmoins et malgré cette hausse de TVA, le coût du bois énergie reste sur le long terme l’énergie la plus compétitive :

 Bois bûcheGranulé Fioul Gaz naturelPropaneÉlectricité
Cts € / kWh3,506,076,777,5612,7915,78
(Source : base de données Pégase du Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer) – Janvier 2015

Ces prix ne tiennent pas compte des prix d’investissements liés au matériel, ni des coûts d’entretien des équipements.
Comment expliquer la stabilité de son coût par rapport aux autres énergies ? Le prix du bois va-t-il augmenter dans les années à venir ?

ico-7En plus d’être une ressource locale, le prix de l’énergie bois n’est pas soumis à la fluctuation des prix des énergies fossiles. Il dépend principalement de la main d’œuvre et du transport.

A horizon 2020, la France a pour objectif que 9 millions de foyers soient équipés d’un appareil de chauffage au bois (contre 7,4 million en 2013). Malgré la hausse des équipements installés, la demande globale de bois n’augmentera pas du fait d’une augmentation des performances énergétiques des appareils de chauffage au bois et d’une réduction des besoins avec des logements de mieux en mieux isolés.

Annonce : le crédit d’impôt prolongé en 2016 !

Le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé la prolongation du crédit d’impôt transition énergétique d’un an, jusqu’au 31 décembre 2016. Détails…
logo-croissance-verte
Bonne nouvelle : le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) devrait être prolongé d’un an jusqu’au 31 décembre 2016 d’après une récente communication du Premier ministre, Manuel Valls.

Cette annonce faîte le mercredi 8 mars 2015 intervient dans le cadre d’une série de mesures destinées à relancer l’investissement pour relancer la croissance.

Pour rappel, l’ancien crédit d’impôt développement durable (CIDD) avait fait place en 2014 à une nouvelle formule simplifiée et bonifiée : le crédit d’impôt transition énergétique (CITE). La prolongation de cette aide est donc une nouvelle annonce positive pour les énergies renouvelables afin d’inciter les particuliers à s’équiper.

Les modalités actuelles du crédit d’impôt :

Accessible aux propriétaires occupants et locataires d’un logement achevé depuis plus de deux ans
Taux unique de 30% dès la première opération et sans conditions de revenus
Excédent remboursé si le montant est supérieur à l’impôt dû
Équipements soumis à des critères de performance
Obligation de faire appel à une entreprise RGE

Bon à savoir : pour 2016, les conditions seront déterminées par la prochaine loi de finances. Des évolutions sont donc possibles…

En savoir plus sur les aides publiques

C’est officiel, le crédit d’impôt passe bien à 30%

credit-dimpot-boisC’est officiel, le crédit d’impôt passe bien à 30% à partir du 1er septembre 2014. Cf le communiqué de presse du Ministère de l’Ecologie de Ségolène Royal ci-dessous.

Les conditions d’application sont à priori les suivantes :

– la condition de ressources pour bénéficier du CIDD pour une seule action disparaît : la réalisation d’un bouquet de travaux ne sera plus obligatoire pour bénéficier du CIDD et ce, quels que soient les revenus du ménage

– le taux du CIDD passera à 30%, quelle que soit l’action réalisée

– les équipements actuellement éligibles au CIDD resteront les mêmes, avec les mêmes critères techniques de performance

– à compter du 1er janvier 2015, pour bénéficier de cette aide, vous devrez faire appel à des professionnels qualifiés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) . Vous serez ainsi assuré de la qualité des travaux.

Attention : il n’est pas prévu de faire évoluer le plafond de dépenses éligibles au CIDD, qui reste de 8 000 EUR pour une personne seule, 16 000 EUR pour un couple, montant majoré de 400 EUR par personne à charge supplémentaire. Ainsi, le montant maximum de CIDD dont peut bénéficier un couple sans enfants, avec le taux de 30% à partir du 1er septembre, sera de 4 800EUR.

communiqué Ségolène Royal

Transition énergétique 2014

Le 18 juin 2014, Ségolène ROYAL, Ministre de l’Ecologie, a présenté en Conseil des Ministres le projet de loi en faveur de la transition énergétique.

La rénovation énergétique tient une place de choix dans ces propositions afin de favoriser la baisse de la facture énergétique des français grâce à une évolution des aides financières, comme :

A partir du 1er septembre 2014 et jusqu’au 31 décembre 2015, le taux de crédit d’impôt développement durable (CIDD) sera uniformément de 30% et une seule opération de travaux sera exigée sans pris en compte du revenu fiscal de référence, sans notion de bouquet de travaux, sans double taux de 15% ou de 25%.

Pour les ménages modestes, un chèque énergie complétera l’aide financière de l’ANAH Habitez Mieux.

D’autres propositions sont au programme : installation de bornes de recharge électrique dans les parking, comptages des consommations, financement pour les collectivités locales, fonds de garantie, tiers-financement, règles urbanisme, diagnostic énergétique lors de travaux significatifs …

Nous attendons que la loi soit votée afin de toutes ces propositions deviennent officielle !


 

Loi de transition énergétique : elle sera présentée au Conseil des ministres du 30 juillet

Le projet de loi sur la transition énergétique sera présenté au Conseil des ministres du mercredi 30 juillet prochain. Il sera ensuite débattu à l’Assemblée nationale à l’automne. Une commission spécialement constituée préparera les débats.

Attendu depuis 2013, le projet de loi sur la transition énergétique plusieurs fois repoussé sera finalement présenté en Conseil des ministres le 30 juillet 2014 par Ségolène Royal. Divulgué le 18 juin dernier, ce texte de programmation doit mettre la France sur les rails de la croissance verte et permettre de définir un nouveau modèle écologique. Cinq objectifs clairs y sont mentionnés, dont la réduction à 50 % de la part du nucléaire dans le mix énergétique national, de la réduction des émissions de gaz à effet de serre de -40 % d’ici à 2030 et de diminution des consommations d’énergies fossiles (-30 % d’ici à 2030).Une commission spéciale pour préparer les débatsLe texte sera débattu à l’Assemblée nationale à partir du 1er octobre prochain. Afin de faciliter les débats, une commission spéciale sera constituée sous la houlette de François Brottes, déjà à la tête de la commission des affaires économiques. Il se verra adjoindre cinq rapporteurs, trois provenant de la commission du développement durable (dont l’écologiste Denis Baupin précise l’AFP), et deux de celle des affaires économiques, afin d’équilibrer le poids des ambitions écologiques et celui des contraintes budgétaires.”Il s’agit d’une loi d’action et de mobilisation, qui s’accompagne de la mise en mouvement des territoires. Nous souhaitons généraliser les bonnes pratiques et nous appuyer sur l’intelligence collective et le bon sens citoyen“, précisait la ministre de l’Environnement, le 18 juin dernier. Le texte comprenait, dans sa première version, une quinzaine d’actions en faveur du bâtiment et de la rénovation thermique des logements. Il comportait également des mesures visant à développer les EnR, le recyclage et la valorisation des déchets, ainsi que les transports durables.