Le chauffage bois pour la maison à énergie positive RT2020

Qu’est-ce que la nouvelle réglementation énergétique RT 2020 ?
La réglementation thermique 2020 également appelé BEPOS ou RT2020 remplacera l’actuelle RT 2012. Elle sera obligatoire pour toutes les constructions neuves à compter de 2020 et nécessite que la performance énergétique des bâtiments soit ramenée à un niveau passif : c’est-à-dire qu’ils produisent au moins autant d’énergie qu’ils n’en consomment : on parle alors de bâtiments à énergie passive ou positive (Bepos).

Efficacité énergétique et production d’énergie avec des énergies renouvelables.
De par notre domaine forestier qui reste en développement, l’énergie-bois sous forme de bûches, pellets, ou déchets, est une énergie renouvelable parfaitement adaptée à la future RT2020 !
Son développement est donc en cours de par les fluctuations des énergies fossiles et les axes donnés par le Grenelle de l’Environnement , la Loi sur la Transition Énergétique et la Croissance Verte.
Rappelons-en les objectifs :
-Diminuer de -30 % la consommation d’énergies fossiles en 2030 par rapport à 2012.
-Porter la part des énergies renouvelables à 23% en 2020 puis à 32% de la consommation finale d’énergie en 2030.

Autant dire que l’énergie bois et le chauffage bois sont incontournable et indispensable au développement !
C’est donc un marché de renouvellement de chaudières fioul qui touche près de 4 millions de logements chauffés avec le fioul domestique soit environ 10 millions de personnes. Ainsi même si les réserves de fioul sont annoncées aujourd’hui pour 50 ans, l’énergie bois elle a des réserves encore plus élevées et certainement une stabilité économique meilleure.

A noter qu’en France la forêt s’accroît naturellement de 81 millions de m3 par an, pour une consommation nationale actuelle de 35 millions de m3. Elle couvre 27,1% du territoire national. Actuellement, un quart seulement de ce potentiel seulement est valorisé !

Annonce : le crédit d’impôt prolongé en 2016 !

Le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé la prolongation du crédit d’impôt transition énergétique d’un an, jusqu’au 31 décembre 2016. Détails…
logo-croissance-verte
Bonne nouvelle : le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) devrait être prolongé d’un an jusqu’au 31 décembre 2016 d’après une récente communication du Premier ministre, Manuel Valls.

Cette annonce faîte le mercredi 8 mars 2015 intervient dans le cadre d’une série de mesures destinées à relancer l’investissement pour relancer la croissance.

Pour rappel, l’ancien crédit d’impôt développement durable (CIDD) avait fait place en 2014 à une nouvelle formule simplifiée et bonifiée : le crédit d’impôt transition énergétique (CITE). La prolongation de cette aide est donc une nouvelle annonce positive pour les énergies renouvelables afin d’inciter les particuliers à s’équiper.

Les modalités actuelles du crédit d’impôt :

Accessible aux propriétaires occupants et locataires d’un logement achevé depuis plus de deux ans
Taux unique de 30% dès la première opération et sans conditions de revenus
Excédent remboursé si le montant est supérieur à l’impôt dû
Équipements soumis à des critères de performance
Obligation de faire appel à une entreprise RGE

Bon à savoir : pour 2016, les conditions seront déterminées par la prochaine loi de finances. Des évolutions sont donc possibles…

En savoir plus sur les aides publiques

Transition énergétique 2014

Le 18 juin 2014, Ségolène ROYAL, Ministre de l’Ecologie, a présenté en Conseil des Ministres le projet de loi en faveur de la transition énergétique.

La rénovation énergétique tient une place de choix dans ces propositions afin de favoriser la baisse de la facture énergétique des français grâce à une évolution des aides financières, comme :

A partir du 1er septembre 2014 et jusqu’au 31 décembre 2015, le taux de crédit d’impôt développement durable (CIDD) sera uniformément de 30% et une seule opération de travaux sera exigée sans pris en compte du revenu fiscal de référence, sans notion de bouquet de travaux, sans double taux de 15% ou de 25%.

Pour les ménages modestes, un chèque énergie complétera l’aide financière de l’ANAH Habitez Mieux.

D’autres propositions sont au programme : installation de bornes de recharge électrique dans les parking, comptages des consommations, financement pour les collectivités locales, fonds de garantie, tiers-financement, règles urbanisme, diagnostic énergétique lors de travaux significatifs …

Nous attendons que la loi soit votée afin de toutes ces propositions deviennent officielle !


 

Loi de transition énergétique : elle sera présentée au Conseil des ministres du 30 juillet

Le projet de loi sur la transition énergétique sera présenté au Conseil des ministres du mercredi 30 juillet prochain. Il sera ensuite débattu à l’Assemblée nationale à l’automne. Une commission spécialement constituée préparera les débats.

Attendu depuis 2013, le projet de loi sur la transition énergétique plusieurs fois repoussé sera finalement présenté en Conseil des ministres le 30 juillet 2014 par Ségolène Royal. Divulgué le 18 juin dernier, ce texte de programmation doit mettre la France sur les rails de la croissance verte et permettre de définir un nouveau modèle écologique. Cinq objectifs clairs y sont mentionnés, dont la réduction à 50 % de la part du nucléaire dans le mix énergétique national, de la réduction des émissions de gaz à effet de serre de -40 % d’ici à 2030 et de diminution des consommations d’énergies fossiles (-30 % d’ici à 2030).Une commission spéciale pour préparer les débatsLe texte sera débattu à l’Assemblée nationale à partir du 1er octobre prochain. Afin de faciliter les débats, une commission spéciale sera constituée sous la houlette de François Brottes, déjà à la tête de la commission des affaires économiques. Il se verra adjoindre cinq rapporteurs, trois provenant de la commission du développement durable (dont l’écologiste Denis Baupin précise l’AFP), et deux de celle des affaires économiques, afin d’équilibrer le poids des ambitions écologiques et celui des contraintes budgétaires.”Il s’agit d’une loi d’action et de mobilisation, qui s’accompagne de la mise en mouvement des territoires. Nous souhaitons généraliser les bonnes pratiques et nous appuyer sur l’intelligence collective et le bon sens citoyen“, précisait la ministre de l’Environnement, le 18 juin dernier. Le texte comprenait, dans sa première version, une quinzaine d’actions en faveur du bâtiment et de la rénovation thermique des logements. Il comportait également des mesures visant à développer les EnR, le recyclage et la valorisation des déchets, ainsi que les transports durables.